Réflexes Ancestraux

 

« Vous pouvez y arriver si vous y croyez. »Napoléon Hill

 

Au sein du Cabinet, nous vérifions que les réflexes Ancestraux sont dans le bon état d’évolution et bien structurés, en fonction de l’âge de l’enfant.

Nous naissons aves des réflexes actifs qui ont précédé notre grossesse.
Ils laissent place à nos apprentissages sans pour autant s’effacer.
Et disparaissent quelquefois en fonction de notre avancée dans notre monde.

Rôle des réflexes:

Ils ont une fonction de survie et d’adaptation.
Les réflexes aboutis stimulent les connections entre le corps et le cerveau en développement, et favorisent l’émergence des processus mentaux et intellectuels.
Les réflexes bien intégrés protègent les personnes et leur permettent de faire des choix et de développer leur réflexion.
En cas de stress prolongé, la personne a tendance à revenir à ses schémas anciens comme pour lui permettre de survivre.

Après avoir joué un rôle essentiel à la survie à ces moments cruciaux, ces réflexes sont ensuite inhibés ou transformés. Ils apparaissent selon un ordre préétabli. L’inhibition d’un réflexe indique qu’une nouvelle faculté est acquise, laissant la place à un autre réflexe. Si le réflexe n’est pas inhibé, l’étape suivante est perturbée.

Ce schéma repose sur une succession d’étapes, liées au développement de l’enfant, sensées voir, de façon progressive, le développement de certains organes et fonctions. Ce schéma s’étend sur l’ensemble de la période de croissance.

Réflexes ancestraux :

Lorsque l’enfant naît, pour vivre et interagir avec son environnement, il possède différents mouvements instinctifs appelés réflexes « ancestraux » ou primitifs.
Ces mouvements commencent à se manifester dès le début de la vie in utero.
Ils sont activés par la partie du cerveau commune à toutes les créatures vivantes.
Les réflexes et les instincts font partie des ressources naturelles de tout enfant. Les réflexes sont des mouvements involontaires présents avant la proprioception (communication entre le cerveau et le corps (ligaments, muscles …)
Réflexes et mouvements préparent le terrain pour l’installation de connections entre le fonctionnement du corps et celui du cerveau. Ils les accompagnent dans toute la durée de leur développement, et ce dès avant la naissance.
Les réflexes ancestraux sont appelés à disparaitre durant la première année de vie de l’enfance, après avoir été inhibés et contrôlés par le cortex, siège des apprentissages.
La répétition continue du mouvement permet à l’enfant d’intégrer naturellement le réflexe. S’il y a stress, cette intégration ne sera pas automatique.

Il faudra donc reconnaître puis enlever ce stress pour que le réflexe soit inhibé.
Si un ou plusieurs réflexes ne sont pas allés au bout de leur intégration, ils vont rester actifs et fragiliser les étapes ultérieures du développement de l’enfant.
Le développement physique et neurologique peut être altéré.
Des problèmes bénins ou plus importants peuvent en résulter ; et cela bien que l’enfant soit parfaitement normal et souvent très intelligent.
Du fait que ces réflexes n’ont pas fait leur complet chemin de vie, le système nerveux ne peut pas atteindre sa pleine maturité.

Réalisation & référencement   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion