Vidéos

« Il faut apprendre, non pas pour l’amour de la connaissance, mais pour se défendre contre le mépris dans lequel le monde tient les ignorants. »
de charlie-chaplin

Histoire d'un enfant décourage dans sa scolarité.

La famillle vient parce que leur enfant, agé de 8 ans, se décourage dans sa scolarité.

Seul, il ne lit pas les questions jusqu’au bout ; ce qui le met en échec lors des contrôles.
Depuis l’âge de ses 3 ans, est suivi par orthophoniste et psychologue… , motif de consultation est pour calmer le corps enseignant ; aucune amélioration notable n’étant intervenue dans les 5 premières années de suivi.
L’enfant est détendu, soulagé d’apprendre par son père qu’on ne va pas lui poser de questions (comme le psychologue) ni le pousser dans ses retranchements (comme l’orthophoniste).

Des mots, des verbes sortent. Les traumatismes remontent. Nous voilà à ses 3 ans.

Pour échapper à une histoire vécue dans laquelle l’enfant s’est senti en danger.

Il a eu une peur telle qu’il a décidé de s’en protéger en ignorant le mot même HISTOIRE.

Par contre ses sens s’en souviennent, et à l’écoute de ce mot, le stress devient aussi violent voir plus que le jour où il s’est senti en danger.


Au retour dans les transports il raconte à son père :

"avant ma tête était compressée, maintenant tout est détendu, je respire. !!!"

Le soir même, à la surprise de ses parents, l’enfant réclame qu’on lui lise une histoire ; chose qu’il ne faisait plus depuis longtemps
Quelques jours passent, l’enseignant observe alors une nette amélioration. L’enfant comprend maintenant ce qu’il lit, comprend toutes les questions, qu’elles soient simples ou multiples, et y répond intélligemment.

En Histoire, les cours sont sus correctement. L’enfant participe avec plaisir au cours en posant lui même des questions, prouvant ainsi son grand intérêt. Ses Rédactions sont clairement détaillées avec un vocabulaire riche et explicite.

L’enseignant a récemment convoqué ses parents pour leur exprimer son étonnement sur la scolarité de leur enfant. Cet enfant en effet auparavant « bloqué » s’avère aujourd’hui être en fait brillant !!! …
J’ai croisé les parents lors d’une manifestation amicale, ils mon dit que :
L’histoire de France passionne leur enfant. Participe à un groupe de lecture pour personne mal voyante.
Actuellement au collège, tient à jour un journal intime.

Il ambitionne d’écrire « l’histoire de sa vie »…

Adulte : lorsque l' handicap est une croyance :

C’est l’histoire d’un homme de 43 ans, qui vient de se séparer de sa femme suite à des difficultés financières.

A ce moment, il est victime d’un grave accident de moto, duquel il sort vivant, mais handicapé moteur, l’obligeant à se déplacer en fauteuil roulant.

L’hopital prévient sa femme de cet accident. Choquée que cette séparation puisse avoir provoqué l’accident, elle commence à se rapprocher de lui.

Une autorisation de sortie est émise sous réserve d’aménager le logement et d’organiser la prise en charge médicale et sociale ; moyennant belle enveloppe de sa compagnie d’assurance et des organismes de couverture sociale.

Son épouse décide donc de le ramener au foyer familial au milieu de ses enfants.


Les mois passent, il fait de la kiné réparatrice.

Les années passent, son état a tendance à s’améliorer ; mais sans lui permettre de sortir de sa chaise roulante. Malgré les soins et les nombreuses séances de réparations, son état stagne.

Le milieu médical pense que son état est bloqué alors qu’une évolution serait possible; sans savoir jusqu’où néanmoins.


La mère de cet homme entend alors parler de mon Cabinet pluridisciplinaire.

Au cours de la séance, le corps de cet homme a livré le message selon lequel il pourrait effectivement tout à fait marcher.

Une peur immédiate s’est alors installé chez mon patient.

Mais de quelle peur s’agissait il?

La tache a été de faire passer le message du corps au conscient de cet homme. Le blocage du cerveau sur le corps a été recherché. La réponse a révélé: séparation, violentes disputes, abandon du foyer, peur de perdre ses enfants…

Ces éléments remis en mémoire, la solution du cerveau a été que le handicap lui permettait de conserver son milieu familial, sa rente financière et les soins à sa personne finalement agréables .
Face à ceci, il fallut traiter la peur de perdre le handicap.
Le conscient du patient a finalement décidé, pour le moment, de ne plus marcher et de garder ce bien être familial et financier ; alors que son corps, tout autant que le milieu médical ont révélé que le retour à la marche pouvait réellement devenir une réalité.

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion